Vermont University

MEILLEURE MISE EN PAGE AVEC MOZILLA FIREFOX !
Le qui est en ligne risque d'être fortement décalé sur IE donc ne vous étonnez pas.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Chacun sa route ;Chacun son chemin ;Chacun son rêve ;Chacun son destin ; Dites-leur que : Chacun sa route, Chacun son chemin,Passe le message à ton voisin... <3

try again & always, callum.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message


avatar

Velvet M. Preswell
Messages : 115

Année d'étude : deuxième.
Etudes : Littérature - Théatre.

Notes
Libre à votre imagination:
Ouvert pour un topic: oui
MessageSujet: try again & always, callum. Sam 22 Aoû - 19:21




« Le hasard est le plus grand romancier du monde ; pour être fécond, il n'y a qu'à l'étudier. »
Balzac.


    On ne choisit pas ce que l’avenir a déjà prévue de faire, et encore moins la personne que vous pourriez aimer. L’amour en lui-même est pourvu d’un bon nombre de mélodrames et de souffrances inutiles, dont l’humain pourrait se passer royalement. Et pourtant malgré le bon vieux dicton « vaut mieux prévenir que guérir », l’individu se jetait corps et âme dans cette histoire à la fois commune et merveilleuse. Loin de penser à tout cela de manière idyllique la jeune femme penchait sur les touches ivoire de son piano, ne se posait plus la question d’aimer depuis fort longtemps. N’étant pas adepte des questions et des relations amoureuses, Velvet se contentait d’éluder ce genre de sujet qui selon elle n’avait ni queue ni tête. La salle qu’elle occupait été déserte, et seul le son sonore de sa mélodie réconfortait cette pièce immense et vaste à souhait. Les murs de couleurs extrêmement claires laissaient place a plus d’espace et s’accordait de concert avec l’instrument qui trônait en plein milieu de la pièce. Une pièce qui accueillait en son sein une majestueuse fenêtre - ayant un design ancien et chaleureux - qui laissait entrer doucement les quelques rayons de soleil que le temps avait décidé de mettre en évidence. Assise sur le siège en velours noir et rouge, la brune abordant une chevelure digne du cuivre présentait un regard impossible à saisir d’où aucun qualificatif n’aurait d’ordre pour décrire cette expression faciale qui n’appartenait qu’à elle seule. Seule, elle l’avait toujours été, et c’est seule qu’elle passerait sa vie. Pourtant en dépit de son mystère croissant et constant, la musicienne avait acquis au fil des années, des liens dont elle seule avait autorisée l’accès, sans cela la solitaire respecterait bien la définition d’un dictionnaire.

    Visage de marbre devant la partition de Berlioz qui se fondait dans la chorégraphie de ses doigts fins et agiles, la jeune Preswell vint à fermer les yeux pour laisser vagabonder son esprit entre d’autre art que celui de la vie, une vie qu’elle ne bénissait guère contrairement a son frangin d’un an son ainé. Ainsi les yeux clos, elle paraissait tel un ange cherchant les portes d’un paradis imaginé par les chrétiens italiens d’autrefois, ceux qui se disaient aussi pur et confiant pour le sort d’un avenir sans remord envers les malheureux et les païens. Ce qu’elle pouvait être ailleurs lorsqu’elle jouait une partition. En même temps cela faisait un bon bout de temps que l’envie ne c’était fait sentir alors elle profitait un temps soit peu de ce silence bénéfique dont elle avait besoin. Achevant la dernière note de la composition, Velvet pausa ses mains sur ses genoux et soupira histoire de décompresser. Après quelques minutes de calme supplémentaire, elle se décida enfin à quitter les lieux. Cependant la suite des évènements ne se dérouleraient pas prévu. Se lavant tranquillement, l’américaine saisit le vieux bouquin des « Fleurs du Mal », qu’elle prit soin de remettre dans son sac. Elle se dirigea dès lors vers la sortie de la salle de spectacle de l’université et se retrouva nez à nez avec l’individu qu’elle ne voulait pas le moins du monde croiser de prés comme de loin. Cet individu hors du commun répondait au prénom de Callum. La façon dont elle avait eu l’information de son identité avait été brève et simple à la fois. Ce brun au sourire enjôleur était l’une des « célébrités » du campus, en d’autres termes un personnage que Velvet pouvait le plus redouter.

    La brune se contenta de le regarder tout en gardant son regard dépourvu de quelconques expressions et finit pas baisser son visage. Ce dernier pouvait trahir à tout moment ce qu’elle avait en mémoire à ce moment et cela elle ne le désirait aucunement.

      « La salle est à toi, j’allais partir de toute manière. »


    Sa voix était d’un calme déconcertant et lui contrairement à elle soutenait un regard. Décidément elle ne savait plus comment agir. La fuite était un recours auquel avait immédiatement pensée. Le contournant, la douce brune pris la direction de la sortie. Le hasard était un phénomène inexpliqué qui prenait toutes personnes au dépourvu, seulement qu’allait il se passait pour la Preswell qui redoutait de se retrouvait face à l’homme qui la rendait étrange ? Attention Velvet, il suffit d’une erreur pour souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

a d m i n i s t r a t e u r


Callum Z. Austen
Messages : 179

Année d'étude : 5ème
Etudes : Médecine & Théâtre

Notes
Libre à votre imagination:
Ouvert pour un topic: oui
MessageSujet: Re: try again & always, callum. Dim 23 Aoû - 23:17


« Nous croyons conduire le destin,
mais c'est toujours lui qui nous mène. »

    Callum remonta un étroit chemin pavé bordé de haies sombres d’une démarche élancée, les mains dans les poches de son jean volontairement troué à certains endroits. Il venait de passer deux heures dans les labos, examinant certaines réactions chimiques sur le corps humain. Une activité profondément ennuyante pour notre jeune homme qui aurait certainement préféré flâner, allongé sur les pelouses verdoyantes du campus ; les lunettes de soleil posées devant les yeux, les bras croisés derrière la tête, les jambes repliés sur lui-même légèrement écartés, profitant de chaque rayons lumineux sur son visage. Mais le destin en a voulu autrement ! Enfin le destin, Callum n’y croyait pas vraiment. En revanche, le hasard était quelque chose de bien plus réaliste pour y croire un minimum. Une fois qu’il eut dépassé la cafétéria, il dénicha le bâtiment 3 de l’aile Est sans difficulté – un gros chiffre noir était peint sur fond blanc à l’un des angles de l’édifice. Dans ce bâtiment 3 se trouvait la salle de spectacle. Un endroit tout particulièrement apprécié par le jeune lamdba qui se rendait régulièrement dans cette pièce, aménagée d’une scène plutôt éminente, de nombreux fauteuils couleurs rouges vifs, sans oublier de petite coulisse assez grande pour recevoir le club de théâtre au complet. Il était inutile de se demander si Callum était au courant de la présence de Velvet à l’intérieur du bâtiment à ce moment précis. La réponse était bien évidemment non. Le jeune homme remarquait immédiatement la présence de cette étudiante si spéciale à ses yeux, lorsqu’elle se trouvait à proximité, et il lui était impossible de résister à l’attraction que porter ses yeux à son égard. Mais malgré cette attirance irraisonnée, Callum gardait une distance assez étonnante envers Velvet, comme si quelque chose l’effrayait ou le déstabiliser. Chose qui était extrêmement rare chez Austen. Que pouvait-il redouter ? Après tout c’était une étudiante comme une autre. Faut croire que non. Et aujourd'hui, le hasard fit bien les choses... ou pas.

    Arrivé à l’entrée du bâtiment, Callum posa sa main droite sur la poignée en fer avant de l’abaisser d’un geste las. Cependant, il stoppa tout mouvement lorsqu’une mélodie harmonieuse provenant de l’intérieur, résonna jusqu’à ses oreilles. En suspens quelques secondes, Callum découvrit rapidement de quel instrument il s’agissait, et sans attendre davantage, il poussa la lourde porte pour faire son entrée à l'intérieur. Sauf qu’un évènement imprévisible se produisit, et ce dont Callum préférait appeler « hasard » frappa à nouveau. Sa présence inattendue obligea notre jeune homme à s’arrêter dans son élan. Velvet se tenait debout devant lui, son sac pendu sur une épaule. Rapidement et naturellement leurs regards se croisèrent, il eut suffit de quelques secondes à Callum pour être fasciné par ce regard bleu ancré de vert. Comme il s’y attendait, la jeune fille baissa son visage, ne laissant entrevoir aucune expression susceptible de connaître le fond de ses pensées. Un comportement troublant et presque déstabilisant pour le joueur de hockey qui ne détourna pas pour autant son regard. Au contraire, cette façon de gardait les yeux rivés sur Velvet montrait qu'il ne voulait pas forcément fuir la situation, bien qu'il était troublé. « La salle est à toi, j’allais partir de toute manière. » Déception ? Peut-être bien, mais le jeune sportif ne laissait rien paraître. Callum lui gratifia un très bref hochement de menton en évitant ses yeux – cette fois-ci – comme simple réponse à sa remarque. Il ne lui montrait pas beaucoup d’intérêt. Sans attendre un instant de plus, elle contourna le jeune homme pour se diriger vers la sortie. Callum fit quelques pas en avant, passant sa main droite dans ses courts cheveux ébouriffés, il semblait soudainement hésitant. Dans un léger froncement de sourcils, il s’abandonna à cette tentation pour lui adresser la parole, même si elle semblait réticente.

      CALLUM _ « Attends ! » Venait-il d’interpeller avant de se décider à faire face à l’étudiante, une nouvelle fois. « C’est toi qui jouait du piano à l'instant ? »

    Demanda-t-il, tandis que ses lèvres frémissaient pour étouffer un sourire. Ses yeux rayonnaient d’une intensité fabuleuse, et sa voix était incandescente lorsqu’il prononça cette phrase. Où la conversation les mènerait-il ? Il n’en avait aucune idée. En vérité, Callum n’avait pas réfléchi davantage avant de prendre la parole. Dans le cas contraire, il aurait certainement tracé son chemin comme à son habitude, ne daignant se retourner sur son passage. Attendant une réaction de la part de son interlocutrice, Callum plongea à nouveau son regard mielleux dans celui de Velvet avec insistance.

_________________

    « Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. » ©️ Oscar Wilde


Dernière édition par Callum Z. Austen le Mer 26 Aoû - 1:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Velvet M. Preswell
Messages : 115

Année d'étude : deuxième.
Etudes : Littérature - Théatre.

Notes
Libre à votre imagination:
Ouvert pour un topic: oui
MessageSujet: Re: try again & always, callum. Lun 24 Aoû - 18:45




On aime à deviner les autres, mais l'on aime pas à être deviné.
La Rochefoucauld


Personne ne connaissait vraiment le fin mot d’une histoire ni même son sens premier. C’était un peu comme lire de littérature ancienne et grecque tout banalement, et cela vous parez un charabia grandissant au fur et à mesure de la lecture. Mais derrière ce tendre et ardu parcours de dires et d’expressions se cachait un message dont il fallait une morale, une leçon. Une leçon présentée sous forme de généralité et accessible d’un commun accord a l’ensemble du vivant. Malheureusement pour certains mais avantageusement pour d’autres, quelques gens - tout comme un message caché- se fondaient dans l’ensemble d’un décor pour n’être que poussière d’étoile brillant vaillamment aux yeux du monde. Ces êtres là, étaient d’une rareté effarante pour les yeux et d’une douceur extrême pour l’art de littérature. D’eux se dégageaient une prestance charnelle et une expression de dépourvus d’émotions s’emparaient de leur visage, tels des anges tombés du ciel figés dans le marbre et l’argile. La jeune Preswell faisait partit de ceux dont le mystère plane constamment sur son personnage, la personne qu’elle est devenu.

Elle regardait le monde qui l’entourait en feintant de passer inaperçu, mais manque de pot pour elle, cela tombait toujours à l’eau. Le solitarisme dont elle faisait preuve ne faisait qu’accentuer ce coté mystérieux et taciturne de sa personnalité. Et tout cela pourquoi ? Pour éconduire un bon nombre de personne dont elle ne souhaitait guère l’attache. Des lors, le seul remède salutaire à son fatalisme avait raisonné en son don musical et son comportement de digne ermite. L’apaisement de la partition qu’elle jouait peu auparavant transportait son tourbillon de pensées au sommet de sa mémoire qui laissait surgir autour d‘elle, des bribes de souvenirs mélancoliques tels une danse macabre de chandelles moqueuses. Ses doigts rythmés parcouraient seuls les touches lisses et froides du clavier de l’instrument. Elle était enfin en accord avec elle-même, dans son univers où la portance de l’art musical prenait enfin forme dans son existence. Chaque touches avait son lot de résonnance et chaque son lui remémorait le triste passé qui lui courrait après voila bientôt quelques années. Fin de la composition. Silence, mise en action de sortir pour rester figée face à cet individu si fascinant et passionnant pour ses yeux d’émeraudes. Le jeune sportif avait le dont de se révéler traitre pour Velvet, et le seul moyen de ne pas succomber a son regard intense et rieur était de se protéger en usant de sa carapace de froideur. Un moyen radical et sans appel quelconques. Chaque parcelle de son visage lui rappelait un souvenir particulier lorsqu’elle le croisait, et chaque son de sa voix enjôleuse était un poison qui la mettait en danger de se faire connaitre de son « ennemi » si différent d’elle.

Sous ses traits d’ange déchu, le merveilleux s’attendait peut être que la brune tombe dans le panneau, c’était mal la juger dans ces cas là. Elle n’était pas dupe de sa beauté physique, bien que se résume là toute la difficulté. Impossible à déchiffrer, une énigme aux yeux du monde, un doux poignard annonçant votre mort prochaine. La muse silencieuse le contourna pour mieux fuir rapidement vers la sortie, mais sa voix captivante retentit à ses oreilles comme une bombe dans son esprit. Pourquoi avait il prononçait encore des paroles ? Il voulait la taquiner, jouer avec ses nerfs ?! Secouant son visage pour faire disparaitre les pensées de sa mémoire, elle se retourna.

    « Pourquoi devrais je attendre, on ne se parle pas d’habitude. »

Son visage était fermé et dépourvu d’une quelconque sensibilité mais ses yeux d’une couleur d’un vert intense trahissait son expression. Son regard était empli d’une colère aveugle que seul un poète aurait pu comprendre et expliquer. Pourtant elle savait au fond d’elle-même, que Callum l’avait remarqué. La jeune américaine souffla dans un mécontentement tout en fixant le sol de la salle de spectacle. Une fraction de seconde défila et le silence s’empara de nouveau de Velvet qui n’avait répondu à la dernière question que lui avait posé son interlocuteur. Elle releva doucement la tête et de nouveau le regard du traitre prenait possession d’elle, comme un marionnettiste jouait avec ses pantins. Elle ne le laisserait pas incarner une quelconque influence sur elle, c’était tout bonnement hors de question. Fronçant ses sourcils d’un regard inquisiteur, la brune lui répondit.

    « Il me semble que tu connais déjà la réponse. »

Sa voix agissait de concert avec l’expression catégorique de son visage. Encore un peu plus et elle perdait la maitrise d’elle-même. Cette ambiance lui était étrangère, et intérieurement la mystérieuse trouvait cette entente vraisemblablement logique. Son regard se fondit a son tour dans celui du joueur du hockey, et aucun d’eux ne vacillaient pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

a d m i n i s t r a t e u r


Callum Z. Austen
Messages : 179

Année d'étude : 5ème
Etudes : Médecine & Théâtre

Notes
Libre à votre imagination:
Ouvert pour un topic: oui
MessageSujet: Re: try again & always, callum. Mer 26 Aoû - 23:51


« Autrui nous est indifférent
et l'indifférence n'incline pas à la méchanceté. »


    Les battements cardiaques du jeune athlète s’intensifièrent en quelques secondes. Il regrettait déjà les paroles qu’il venait de prononcer, se trouvant particulièrement idiot en réalisant la stupidité de sa question. Evidemment qu’elle était l’auteur de cette mélodie entendu un instant plus tôt, la salle dans laquelle ils se trouvaient, était déserte. Cependant, Callum était loin de dévoilait à son interlocutrice le doute qui l’assaillit lorsqu'il se trouva en sa présence. Au contraire, ses expressions faciales illustraient une personne mystérieuse dont les moindres ressentis étaient extrêmement difficile à cerner. La seule chose perceptible était son regard pénétrant sans oublier son sourire mielleux, qui suscitait parfois une certaine fascination. Callum rétractait l'idée de passer pour le séducteur arrogant possédant un égo démesuré puisque contrairement à ce que la majorité des gens pensent, il n'était pas ce genre de type. Ce diction qui disait ; « L’habit ne fait pas le moine. » correspondait parfaitement à notre jeune homme qui malgré sa popularité auprès des filles n'avait pas prit la grosse tête contrairement à certains lambda. Alors pourquoi le blâmer de la sorte ? L'indifférence que lui portait Velvet, ne faisait qu'attiser son attention sur sa personne. La réaction de la jeune fille ne se fit pas attendre.

      VELVET _ « Pourquoi devrais je attendre, on ne se parle pas d’habitude. »

    Les traits de son visage étaient austère lui ôtant une part de son humanité pourtant les prunelles de ses yeux démontraient le contraire. Ce qui rassura quelque peu notre jeune homme qui ne fut absolument pas surpris de la franchise dont faisait preuve la jeune fille. Mais Callum avait décidé d’ignorer ses propos quelque peu antipathiques, et préféra aborder un sourire dès plus captivant, sans pour autant prendre conscience que son charme était mit en avant. Et réplique dans un brusque haussement d’épaule, d'une voix douce et serreine.

      CALLUM _ « Justement, si on changeait les habitudes. »

    C'était une affirmation plutôt qu'autre chose. Callum scrutait Velvet d'un regard soutenu conservant son sourire narquois au coin des lèvres. Comme s'il se jouait de la situation dans laquelle il se trouvait, restant à la fois sérieux dans ses dires. C'était ce comportement complexe qui le rendait mystérieux et difficile à cerner. Le regard de la jeune fille fuyait à nouveau au sol, mais cela ne découragea absolument pas Callum de continuer sa contemplation sans aucune lassitude. Croyait-elle vraiment qu'il lui tendait un piège en essayant de la charmer uniquement pour avoir le plaisir de la mettre dans son lit ? Callum avait beaucoup plus de considération et fascination à l'égard de Velvet pour faire une chose pareille et cette idée ne lui avait même pas effleuré l'esprit à vrai dire. A présent, préparé aux réactions glaciales de son interlocutrice, il répliqua immédiatement après sa réponse.

      VELVET _ « Il me semble que tu connais déjà la réponse.
      CALLUM _ Dans ce cas, montres moi. »

    Dit-il d'une voix mélodieuse, restant terriblement calme et posé. Il se fichait bien de ce que pouvait penser la jeune fille à propos de son comportement quelque peu étrange. De toute évidence, il ne parvenait pas à connaître ses véritables pensées, et bizarrement, il aimerait tellement savoir. C'était presque devenu une obsession à laquelle Callum essayait d'y échapper mais sans succès.

_________________

    « Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. » ©️ Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Velvet M. Preswell
Messages : 115

Année d'étude : deuxième.
Etudes : Littérature - Théatre.

Notes
Libre à votre imagination:
Ouvert pour un topic: oui
MessageSujet: Re: try again & always, callum. Jeu 27 Aoû - 20:44



" L'imagination qui fait naître les illusions est comme les rosiers qui produisent des roses dans toutes les saisons. "


    Les illusions. Un terme rhétorique que la jeune Preswell connaissait mieux que personne. Parfois rêveuse mais attrayante, mélancolique et comique, la douce étudiante avait l’habitude de beaucoup y croire en ce mot si chimérique. Elle sentait que la présence de Callum aussi rare pouvait elle se montrer était tout aussi fantaisiste. Après tout, il était un individu si apprécié du monde qu’il était fort difficile de ne pas se sentir attirer par sa personne. Une personne pour laquelle elle nourrissait une certaine admiration, un certain secret que jamais elle n’avouerait à quiconque, d’autant plus qu’elle avait déjà du mal à se le dire a elle-même. Pourquoi d’ailleurs ? Qu’avait-il de si particulier en lui pour qu’elle se sente des plus idiotes ou bien que sa voix la laisse de marbre. Il avait cette prestance charnelle qui collait si parfaitement à la peau, ce regard claire et intense, et cette voix enjôleuse qui ôtait toute raison a vos décisions propres. Non ! Elle ne pouvait pas le supporter davantage, ils étaient beaucoup trop différents l’un de l’autre, pire encore ils demeuraient des entités opposées et nuisible l’un à l’autre. Oui c’était cela, elle devait suivre sa raison et conserver cet aspect froid et incassable de sa personnalité si mystérieuse.

      « Justement, si on changeait les habitudes. »

    La jeune femme soutenait une expression impassible mais fronça légèrement ses sourcils à l’entente de la réplique de son camarade. Ce dernier était un être lunatique au possible - bien qu’elle n’est guère rien à lui envier - et sa réponse la désarçonna quelques peu. Une impression parcouru alors sa conscience qui recommençait à lui marteler la tête d’ondes négatives. Des questionnements sans fin n’ayant ni queue ni tête tourbillonnaient sans cesse et elle avait une envie soudaine de hurler, pourtant alors que ses yeux fuyaient face au sol de la pièce, Velvet releva ses émeraudes brillantes vers le joueur de hockey. Sur son visage d’ange déchu à qui l’on donnerait le bon dieu sans confession, la brune reconnaissait plus ou moins le personnage qui lui faisait face présentement. La détermination et le lunatisme à l’état pur, voilà enfin qu’elle retrouvait quelques unes de ses manières. Secouant la tête d’un mouvement rapide pour sortir l’homme de ses pensées, la Preswell répliqua.

      « Les habitudes … »

    Était elle a cours de paroles ou bien était ce une bonne plaisanterie ? Sans grande hilarité, l’américaine avait réitérée le dernier mot du brun. En effet, les habitudes qu’ils avaient entre eux n’avaient toujours été que des regards de mystères, des pensées interrogatives, ou encore une restriction de ne pas se parler pour l’un ou bien pour l’autre. N’étant pas prête à s’avouer quoi que se soit, la musicienne se contentait de son mutisme a l’égard de Callum. Ce dernier, en revanche la laissa pantoise, lorsqu’il lui affirma de lui montrer que c’était bien elle qui avait jouée quelques instants auparavant.

      « Dans ce cas, montre-moi. »
      « Tu cherches vraiment à me tourner en ridicule ou bien tu ne me crois pas ?! Tu es un individu incorrigible tu sais cela ? »

    Sa voix d’ordinaire douce et chaleureuse avait laissée place à une intonation plus ironique et consternée. Que pensait il trouver en écoutant une musique qui venait de sa mémoire ? C’était insensé tout de même. Vraiment, elle ne le comprenait plus du tout, bien qu’elle ne l’ait jamais vraiment comprit alors que la plupart du temps, la bougonne se faisait violence pour transcrire ses expressions. Il demeurait une véritable et magnifique allégorie qui n’avait pas encore de qualificatif propre. Son cas paraissait irrévocable et pourtant Velvet finirait bien par mettre un mot sur son existence. Croisant dès lors ses bras sur sa poitrine, la jeune fille pressa ses lèvres les unes contre les autres, histoire réfléchir a la situation présente. Aurait-elle dû sortir et tourner les talons au jeune Austen ? Sa raison lui dictait cela bien évidement, mais sa curiosité immense la poussait à agir selon son bon vouloir. C’est alors que sans prévenir, elle contourna de nouveau son interlocuteur et monta les quelques marches qui menaient a la scène où siégeait toujours l’instrument a cordes frappées. Déposant ses affaires sur le sol, la brune s’installa devant le piano et ses doigts fins touchèrent de nouveau le clavier d’ivoire. Des gestes rapides et précis s’emparèrent de ses mains, et ses yeux se perdirent dans les limbes de la mélodie.


Dernière édition par Velvet M. Preswell le Sam 29 Aoû - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

a d m i n i s t r a t e u r


Callum Z. Austen
Messages : 179

Année d'étude : 5ème
Etudes : Médecine & Théâtre

Notes
Libre à votre imagination:
Ouvert pour un topic: oui
MessageSujet: Re: try again & always, callum. Sam 29 Aoû - 0:57


« Puisque la haine ne cessera jamais avec la haine,
la haine cessera avec l'amour. »


    C’était extrêmement étrange, Callum se sentait prêt à tout abandonner – son mode de vie quotidien, cette image de sportif populaire ; pour rester dans cet univers si particulier lorsqu’il se trouvait auprès de Velvet. Il ressentait cette curieuse sensation de bien être, même s’il était souvent mal à l’aise sachant le caractère complexe, imprévisible et mystérieux de celle-ci. Elle était si particulière, et différente de toutes les autres filles de cette université, qu’elle était devenue fascinante aux yeux du jeune homme qui tentait jusque là de nier cette attirance inéluctable, gardant cette attitude à la fois froide et impartiale ; indifférente et distante. Seulement, il commençait en avoir assez de lutter contre l'inévitable. Callum se tenait debout face à Velvet, à cet instant, il eut cru que le temps s'était arrêté de tourner. Le monde autour n’existait plus ; une personne aussi célèbre soit-elle pouvait faire son entré à cet instant dans la salle, Callum ne lui porterait aucune importance singulière.

_________________

    « Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. » ©️ Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: try again & always, callum.

Revenir en haut Aller en bas

try again & always, callum.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vermont University :: v e r m o n t . u n i v e r s i t y :: l'aile est :: salle de spectacle -